Quelles opportunités pour le marché de l’isolation bio-sourcée ?

Propulsée par l’arrivée de la RT 2012 et la récente Conférence Environnementale, l’isolation thermique dans le neuf et la rénovation matériaux bio-sourcés est aujourd’hui au cœur de la construction.


Désormais, les isolants bio-sourcés à base de fibres de bois, chanvre, ouate de cellulose ou fibres textiles bénéficient d’une bonne reconnaissance de la part des constructeurs et des particuliers. En effet, les qualités isolantes de ces produits naturels ne sont plus à prouver. Leur durabilité en ont fait des matériaux de choix pour la mise en œuvre d’une isolation thermique performante.
Si les isolants classiques représentent aujourd’hui la majorité du marché de l’isolation du fait de leur faible coût, l’évolution des attentes écologiques et énergétiques en termes d’habitat pourraient bien inverser cette tendance au cours des prochaines années.

 

isonat


Le marché de l’isolation thermique toujours en développement

En France, le marché de l’isolation thermique poursuit son développement, aidé par les évolutions des réglementations énergétiques et thermiques. En effet, près de 70% du parc immobilier français a été construit avant l’existence de toute réglementation thermique et acoustique.
Les exigences de performances toujours plus élevées, notamment dans le cadre de la lutte contre la précarité énergétique ont ouvert un fort potentiel au marché de l’isolation. Lors de la Conférence Environnementale, le plan de rénovation thermique évoquait notamment un objectif de mise aux normes thermiques et énergétiques pour 1,5 million de logements neufs et anciens par an.
Avec une limite de consommation fixée à 50 kWh/m²/an, l’isolation thermique a de beaux jours devant elle compte tenu de l’ampleur de ce plan.

 

Vers une incitation à l’utilisation de matériaux propres

Bien que les isolants bio-sourcés possèdent de grandes qualités thermiques et un écobilan bien meilleur que les isolants minéraux ou synthétiques traditionnels, la course à la performance énergétique pousse aujourd’hui de nombreux propriétaires et professionnels à faire le choix de matériaux moins écologiques, mais moins coûteux.
Le développement de l’utilisation des isolants écologiques est pourtant en marche. De nombreuses mesures incitatives ont été mises en œuvre afin de favoriser l’utilisation de ces matériaux « verts » : fibres de bois, chanvre, ouate de cellulose…

  • L’éco-prêt à taux zéro permet de financer la rénovation énergétique de votre logement et ainsi de réduire les consommations d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre. Ce prêt s'adresse à toute personne propriétaire d'un logement construit avant le 1er janvier 1990, occupé à titre de résidence principale par le propriétaire ou son locataire, ainsi qu’au copropriétaire pour les travaux des parties communes de leur habitation. Accordé jusqu’au 31 décembre 2012, ce prêt permet de réaliser des travaux d'économies d'énergie (notamment pour l’isolation thermique), sans faire d'avance de trésorerie et sans payer d'intérêts.
  • Le crédit d’impôt développement durable est accordé pour certaines dépenses visant l'amélioration de la qualité environnementale de l'habitation principale et peut être cumulé à l’éco-prêt à taux zéro. Celui-ci peut notamment s’appliquer à l’achat et à la pose de matériaux d’isolation thermique. Ces matériaux doivent cependant répondre à des caractéristiques techniques de résistance thermique.


Les produits Isonat Plus 55 Flex et Isonat Flex 40 ont d’ailleurs obtenu une extension de certification ACERMI sur un plus large choix d’épaisseurs. L’obtention de ce précieux sésame permet à ces deux éco-isolants en fibres de bois de répondre aux exigences de l’attribution du crédit d’impôt en faveur du développement durable et du Certificat d’Économies d’Énergie.