Maintien du crédit d’impôt pour l’isolation en 2011

Cette année le crédit d’impôt est modifié et sera marqué par une baisse des taux par rapport à l’année 2010. Moins avantageux pour la production d’énergie (photovoltaïque, pompes à chaleur…), les investissements les plus efficaces et les plus économes restent favorisés par une baisse moindre : l’isolation devient donc un axe prioritaire pour la construction et la rénovation.


Les nouvelles mesures de 2011 viennent appuyer les objectifs émis par le Grenelle de l’environnement pour 2020, en parant aux principales sources de déperdition d’énergie. Les niveaux de consommation demandés pour atteindre la RT 2012 et la norme BBC étant situés à un minimum de 50 kWh/m2/an, la pose d’isolant et de double vitrage sont à ce jour les solutions les plus performantes en matière de performance énergétique.
 

Comment bénéficier du crédit d’impôt ?

Tous les propriétaires, copropriétaires  bailleurs et locataires peuvent en faire la demande, à condition que les travaux soient réalisés sur leur résidence principale.
Les dépenses engagées pour les travaux peuvent faire l’objet d’un crédit d’impôt si ceux-ci sont réalisés par un professionnel. Concernant l’isolation thermique, une facture du prestataire sera nécessaire à l’obtention de cette aide. Celle-ci est fournie par l’entreprise intervenante et détaille le coût du matériau isolant, ses caractéristiques techniques et ses performances certifiées, ainsi que le coût de la main-d’œuvre pour la pose. Depuis 2009, le crédit d’impôt inclut en effet la main-d’œuvre pour l’isolation des parois opaques : sols, murs, plafonds et combles.
 

Comment est calculé votre droit au crédit d’impôt isolation ?

Le montant du crédit d’impôt pour l’isolation est calculé selon 3 critères, à savoir :
- l’ancienneté du logement sur lequel sont réalisés les travaux (construction avant le 1er janvier 1977),
- le type de travaux réalisés (pose de double vitrage, isolation des combles …)
- la situation de la personne imposable qui déterminera le plafond du montant annuel admis en déduction.
Enfin, pour pouvoir bénéficier d’un crédit d’impôt, vos travaux doivent être effectués dans les deux années suivant celle de l’acquisition de votre bien (les factures faisant foi). Soit pour un bien acquis en 2010, avant le 31 décembre 2012.