L’ITE au service des objectifs de la RT 2012

Dès le 28 octobre, la Réglementation Thermique (RT) 2012 entrera en vigueur, pour la construction de tout nouveau bâtiment. Cette réglementation devrait être suivie d’ici la fin d’année par les bâtiments tertiaires et les autres habitations.

Annoncée il y a tout juste un an et bien plus exigeante que la RT 2005 qui limitait la consommation à 150kWhep/m²/an, l’application de la RT 2012 viendra appuyer les objectifs thermiques préconisés par le Grenelle de l’environnement

En effet, passé la date du 28 octobre 2011, tous les bâtiments construits devront posséder une consommation en énergie primaire inférieure à 50kWhep/m²/an.
 

isonat

La RT 2012 sera mise en application dès le 28 octobre 2011

 

Quels sont les bâtiments concernés


La mise en œuvre de la RT 2012 aura lieu en deux étapes:

  • La première étape se déroulera dès fin octobre 2011 avec les logements dont le permis de construire sera déposé à partir du 28 octobre 2011 pour les bâtiments neufs dans le tertiaire et le public, ainsi que les bâtiments construits dans les zones définies par l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine).
  • Enfin tous les logements seront concernés pour les permis de construire déposés à partir du 1er janvier 2013.

 

Le boom de l’ITE annoncé ?

isonat

La nouvelle réglementation s’articule autour de cinq usages énergétiques : chauffage, climatisation, production d’eau chaude sanitaire, éclairage et auxiliaires (exemple ventilation).
Cependant, elle introduit les nouveaux objectifs d’efficacité énergétique minimale propre au bâtiment.  Si la notion de conception bioclimatique du logement (utilisation de la lumière naturelle, ouvertures au sud …) est cette année mise en lumière, le principal levier dans la réalisation de cet objectif reste toujours l’isolation thermique : obligation de traitement des ponts thermiques (fuites de chaleur), obligation de traitement de la perméabilité à l’air des logements neufs, etc.

Or la solution la plus efficace pour éliminer les ponts thermiques et améliorer l’isolation des murs d’une habitation passe par la mise en œuvre d’une isolation thermique par l’extérieur (ITE). Une solution déjà grandement utilisée pour la rénovation d’immeubles.
L’isolation thermique par l’extérieur n’est plus cantonnée à la rénovation des bâtiments collectifs.

 

Esthétique, performante et économique l’ITE séduit les particuliers !


De plus en plus démocratisée, l’ITE gagne en effet en popularité depuis quelques années : bardages en bois, panneaux composites originaux ou encore enduits classique, celle-ci allie à l’efficacité une grande variété de forme qui séduit les particuliers surtout en rénovation.
En effet si celle-ci peut paraître plus chère à la mise en œuvre qu’une rénovation par l’intérieur, la présence du ravalement de façade dans les techniques d’ITE permet en réalité aux propriétaires de réaliser une belle opération.

Côté neuf, les particuliers ne sont désormais plus en reste. De nombreux experts proposent aujourd’hui des techniques mixtes d’isolation, en s’appuyant entre autre sur les techniques de construction bioclimatique (par exemple, seul les murs exposés au nord sont isolés par l’extérieur). Une alternative séduisante pour  beaucoup, qui permet en effet à l’isolation thermique par l’extérieur d’être plus abordable financièrement.