La rénovation énergétique, au cœur des préoccupations des copropriétaires

Publié le : Vendredi 21 juin 2013

Selon le Moniteur.fr, « une enquête Qualitel/Ifop auprès de copropriétaires français les montre intéressés par leurs consommations d’énergie mais encore assez peu nombreux à vouloir s’engager dans les travaux. »

Partout en France, les copropriétés construites à partir des années 60 ont subi les affres du temps. Les techniques de construction de l’époque et les modes de chauffage ne permettent plus aujourd’hui d’atteindre les niveaux de performances souhaitées pour réduire les consommations, les émissions de gaz à effets de serre et bénéficier de plus de confort… parmi les objectifs du Grenelle de l’environnement. De plus, les constructions d’habitat collectif nouvelles qui les entourent et qui affichent des performances BBC ou encore « Passif » et donc des charges réduites pour les futurs occupants, creusent le fossé.

 

isonat

 

Une question : quelle motivation ?

« Quel est le niveau de motivation des particuliers pour entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans les copropriétés ? » Telle est la question que s’est posée l’association Qualitel chargée de promouvoir la qualité de l’habitat suite à l’annonce par le gouvernement d’un plan d’urgence pour le logement. Un plan qui comprend notamment 500 000 rénovations thermiques par an d’ici à 2017 et une aide de 1 350 euros par opération dixit Le Moniteur.

Sur 1005 propriétaires interrogés, 60 % dépensent entre 50 et 150 euros par mois pour leurs consommations d’énergie et la plupart (93 %) se disent attentives à leurs consommations. 44% envisagent des travaux de rénovation prochainement même si seulement 50% d’entre eux ont une idée du budget à allouer pour ce type d’opération. Et Le Moniteur de préciser : « La principale raison d’investir dans des travaux de rénovation énergétique est de réaliser des économies sur la facture d’énergie (67 %), devant la valorisation du bien immobilier (19 %) et le respect de l’environnement (7 %) ».

S’agissant de l’isolation de leur habitat, un tiers des copropriétaires estiment que l’isolation des murs de leur logement est de mauvaise qualité et près d'un quart jugent leurs fenêtres peu performantes. Un avis souvent conforté par le diagnostic global de l’immeuble majoritairement engagé par les syndics et les régies en responsabilité.

 

L’isolation par l’extérieur : LA solution de référence

L’isolation thermique par l’extérieur est la plus efficace y compris pour l’immeuble collectif : celle-ci permet de réguler efficacement la température de l’habitat, été comme hiver, en ne modifiant pas la surface intérieur de l’habitation. De plus, la pose d’une isolation extérieure réduit la quantité de ponts thermiques, responsables des plus fortes déperditions d’énergie.