De nouvelles idées pour l’efficacité énergétique

Publié le : Mercredi 27 février 2013

De nombreuses aides, telles que le crédit d’impôt et le PTZ + permettent aujourd’hui de soutenir les investissements dans la performance énergétique et la qualité environnementale du bâtiment. Si ces dispositifs sont bien ancrés, de nouvelles idées de financements voient le jour.


Un groupe de travail, piloté à la demande du président du Plan Bâtiment Durable par Inès Reinmann et Olivier Ortega, vient récemment de remettre son rapport sur la création de financements innovants pour la rénovation énergétique. Composé de 130 participants issus de la filière de l’immobilier et de l’économie, le groupe a proposé plusieurs solutions qui pourraient apporter un nouveau souffle au secteur, tout en consolidant les outils de financement existants.

 

isonat

 

Des objectifs pour le bâtiment et les professionnels de la construction

La réflexion menée par le groupe de travail a abouti à la mise en avant de « cinq points forts » :

- La mise en avant de la « valeur verte » du bâtiment grâce au soutien des pouvoir publics, visant la durabilité du bâtiment aussi bien dans le choix des matériaux (recyclés, biosourcés …) que les méthodes de construction en diminuant les émissions d’énergie grise. Le bâtiment responsable doit être aujourd’hui mieux définit ainsi que les processus d’incitation auquel celui-ci est attaché.

- Le tiers-financement et le tiers-investissement évoqué lors de la conférence environnementale pourrait pour sa part venir  augmenter le rythme des rénovations. En cours d’expérimentation, ce dispositif vise à faciliter l’accès à l’isolation thermique aux particuliers. Ceux-ci pourraient ne plus avancer le coût de leurs travaux, mais simplement les rembourser sur la base des économies d’énergies réalisées après rénovation.


- La création de nouvelles recettes de financement de l'efficacité énergétique, par la création de valeur immobilière.  La division parcellaire ou la surélévation de bâtiments pourraient en effet participer à la création d’un nouveau financement.

- Une entité publique ou privée pourrait également voir le jour. Cet organisme pourrait émettre de la dette en étant noté sur le plan national et international. Cet outil pourrait permettre de financer la rénovation énergétique à long terme et pour un faible coût sans peser sur l’endettement public.

- La formation et l’emploi sont également à l’ordre du jour, puisqu’un soutien aux entreprises et particulièrement aux TPE et PME a été préconisé. Cet accompagnement pourrait consister en une avance financière remboursable pour la formation et la création de nouveaux emplois, mais aussi en la création d'un chèque-emploi « efficacité énergétique » permettant aux ménages de soutenir le financement de la main d’œuvre des travaux de rénovation.


Encore en phase d’études, ces projets pourraient venir soutenir le nouvel engagement de François Hollande. En effet malgré un nombre de rénovations faibles (seulement 120 000 logements rénovés contre 500 000 attendus), celui-ci s’est récemment engagé à ce que la performance énergétique concerne un million de logement par an, dont la moitié dans l’ancien.

Découvrir le rapport du groupe Financements innovants de l’efficacité énergétique