10 ans de Certificats d’économies d’énergie

Publié le : Mercredi 22 avril 2015

Les Certificats d’économies d’énergie (CEE) fêtent cette année leurs 10 ans. L’occasion de faire le bilan sur ce dispositif qui prévoit des primes pour financer les travaux de rénovation énergétique des particuliers, mais aussi des entreprises. Le site internet Primes Energie a mené une étude complète sur le sujet… Voici ce qu’il en ressort.
 

isonat

 

Les CEE en chiffres

Les premiers destinataires des aides distribuées grâce aux CEE sont les particuliers. Ils sont 3,5 millions à en avoir bénéficié en 10 ans et ont touché au total 1,9 milliards d’euros pour réaliser des travaux d’économies d’énergie. Le bâtiment résidentiel représente 75% des travaux engagés grâce aux primes reçues.


L’isolation, toujours en tête

Le top 5 2014 des rénovations énergétiques, établit suite à cette enquête, révèle que les travaux d’isolation sont les plus plébiscités : isolation de combles et toiture (28% aujourd’hui, soit + 18% par rapport à 2013 !), chaudière à condensation (20%), fenêtre ou porte-fenêtre (12%), chauffage au bois (11%) et isolation des murs (9%).
L’isolation devrait rester en tête en 2015 également, puisque le troisième volet du dispositif des CEE incite encore plus à aller vers ce type de travaux, en augmentant de 34% la prime allouée.


Montant des primes

C’est en Franche-Comté que le montant moyen de la prime est le plus élevé avec 492€ et dans le Languedoc-Roussillon qu’il est le plus faible (232 €). La moyenne globale s’élève donc à 399€, soit +6,5% par rapport à 2013.
Le clivage Nord-Sud qui persistait auparavant se dissipe quelque peu…. En effet, jusqu’en 2013, les travaux financés dans le Nord de la France concernaient principalement l’installation de chaudières à condensation, alors qu’au Sud on privilégiait l’isolation… Mais l’isolation n’a pas dit son dernier mot et gagne du terrain vers le Nord, petit à petit ! Preuve que sans une bonne isolation des murs, des combles et de la toiture, il est difficile d’obtenir l’efficacité thermique tant espérée.